Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

Évry-Courcouronnes trail urbain

Publié il y a 9 mois

Samedi 30 mars s'est déroulée la 6e édition du trail urbain d’Évry-Courcouronnes. 1500 participants étaient attendus pour découvrir un parcours inédit. Une manifestation sportive d’envergure organisée par des étudiants STAPS en DEUST AGAPSC (Animation et gestion des activités physiques, sportives ou culturelles) et les Licences 2 STAPS de l’université d’Évry, épaulés par leurs professeurs. Rencontre.

« C’est un événement que j’ai créé avec un collègue, mais ce sont nos premières années qui travaillent dessus, chaque année, depuis 6 ans, dans le cadre de leur formation. Ils sont une cinquantaine à l’organisation. Ils se destinent à être éducateurs sportifs, mais ils auront aussi à se frotter à l’organisation événementielle. Avec ce trail, ils sont dans le concret ! » Enseignant SUAPS / STAPS à l’université d’Évry, responsable du DEUST AGAPSC, et Chargé de mission Pole Culture et Campus, Éric Audry n’est pas peu fier de ses élèves. Des jeunes qui doivent savoir concevoir et organiser une manifestation sportive du début à la fin, de la logistique à la communication, en passant par le financement et la gestion du budget. « Ça réunit de nombreuses compétences, commente le professeur. Mais on les forme, on les accompagne et on les conseille. Ils travaillent par petits groupes. Certains ont déjà vécu ce genre d’expérience ou sont plus volontaires. Alors on s’appuie sur eux pour motiver les autres. »

Mettre en pratique ses connaissances

Parmi ces « volontaires », on trouve Vincent Oury. À 18 ans, le jeune homme a déjà de l’expérience en bénévolat et on peut dire qu’il sait ce qu’il veut. « Organiser un projet de cette envergure, c’est une bonne expérience pour plus tard. Car, dans nos métiers, nous serons amenés à monter des projets. Et puis, c’est l’occasion de passer un bon moment, tous ensemble, dans une bonne ambiance. Ça change des cours, c’est une autre manière de travailler. On est dans le concret et c’est très motivant. » Vincent apprécie particulièrement de pouvoir « tester » ses connaissances en appliquant tout de suite ce qu’il a appris. Documents administratifs, réductions d’impôts, Cerfa, comptabilité, gestion du budget, nourriture, récompenses… plus rien ne semble lui faire peur.

Un événement de grande ampleur

Pourtant, Vincent n’a pas eu sa « révélation » tout de suite. « Je viens d’un bac informatique (STI2D) et j’ai découvert les études sportives à travers ma pratique personnelle. Je fais du crossfit et de la musculation. » Le jeune homme décide alors de s’orienter dans le domaine du sport. Sa filière, il l’a appréhendée, notamment, à travers des journées portes ouvertes pendant lesquelles il apprend qu’il aura à organiser une manifestation dans le cadre de ses études. « L’ampleur de l’événement, en revanche, je l’ai découverte sur le terrain ! Ça peut faire peur au début, mais nous sommes bien encadrés. Et nous sommes nombreux. Tous ensemble, on y arrive. »

Une implication totale

Rapidement, Vincent démontre un investissement et une détermination sans faille. Présent sur le terrain, c’est aussi lui qui a créé le flyer et qui va faire le montage de la vidéo de l’événement. Il est également référent pour le site Internet. En clair : il s’occupe de régler les problèmes administratifs ou logiciels, et gère aussi les relations publiques et la communication. « Avoir son nom associé à un événement comme ça, c’est aussi une manière de préparer l’avenir. C’est pourquoi j’ai choisi de saisir ma chance et de m’impliquer vraiment. »

Un travail d’équipe

Comme ses camarades, l’étudiant suit 3h de cours dédiés le mardi après-midi. Il travaille aussi beaucoup à domicile. « Il faut en faire un peu tous les jours. Je regarde les mails 3 fois dans la journée. C’est une veille constante. Il faut être réactif. C’est important dans ce genre d’événement, car la personne de l’autre côté à des problèmes concrets. Elle veut savoir si elle est bien inscrite, si son paiement est passé... Je dois faire le lien avec mes collègues qui gèrent ces différents domaines. C’est aussi une manière d’apprendre à travailler en équipe. » Une équipe également chargée de faire de la prospection afin de trouver de nouveaux partenaires. « Lors des entretiens, nous sommes accompagnés par nos profs, précise Vincent. Les partenariats sont très importants. Grand Paris Sud, par exemple, nous apporte une aide matérielle en termes de fournitures, de tables, de barnums ou encore de récompenses, mais c’est aussi un partenaire de poids qui est bien identifié et qui nous permet d’avoir une meilleure visibilité et donc une meilleure communication. »

À nouvelle ville, nouveaux parcours

Une tâche qui s’ajoute à de multiples activités liées, notamment, aux questions concernant le nouveau parcours. En effet, Évry et Courcouronnes ayant fusionné au 1er janvier pour ne former qu’une seule ville, la manifestation a été retravaillée. « Sur les 3 courses, 2 ont été entièrement repensées avec de nouveaux parcours. Il s’agit du 13 km et de la marche nordique de 8 km. Les difficultés sont identiques, mais les participants vont emprunter de nouveaux tracés à travers de nouveaux paysages… Les parcours passent autant sur des chemins que sur des routes. Ce qui permettra aux participants de découvrir la nouvelle ville au complet. » Une découverte qui s'est faite par l’intérieur avec un départ et une arrivée à la place des Droits de L’Homme. Les coureurs sont passés par la cathédrale, par la Dame du lac, par le parc des Coquibus, puis La Pagode, avant de longer la coulée verte.

Des prix adaptés pour en voir de toutes les couleurs

Au rayon des nouveautés, également, des prix encore tirés vers le bas grâce à plusieurs partenariats avec des sponsors. « Pour les 13 et 8 km, les étudiants ne paieront que 3 € et pour la Color run, c’est 5 € ! Dans Paris, ce genre d’évènement coûte plutôt 45 €. » Pour mémoire, la Color run est une course de 5 km, organisée par les deuxièmes années de Licence STAPS de l’université d’Évry. Sa particularité : tous les kilomètres, les participants sont aspergés de poudres de peintures. « Nous fournissons les T-shirts et les lunettes », précise Vincent.

Équipement lié
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus