Chargement...

©2021 grandparissud.fr
Tous droits réservés

Campus donne la parole aux étudiants !

Publié il y a environ 2 mois

Du CAP au doctorat, voire plus ! De la pâtisserie à la biologie ! Par la voie scolaire/étudiante classique ou via l’apprentissage, et cela tout au long de la vie… Sur le campus Grand Paris Sud, une offre foisonnante d’excellence est proposée à tous les niveaux. Grâce à une offre abondante en logements abordables, équipements sportifs et de loisirs, la vie étudiante y est tout aussi intense que dans les grandes métropoles. Faites connaissance avec les étudiants de Grand Paris Sud !

Pauline Dheygers -Terminale bac pro « technicien·ne usinage » en apprentissage

« J’apprends mieux en apprentissage »

En classe de 3e, Pauline a hésité, mais pas très longtemps, entre la puériculture, voie traditionnelle pour une fille, et les métiers de l’industrie. « Je suis très manuelle et j’aime comprendre comment les choses fonctionnent. C’est là qu’est ma véritable vocation et, grâce au soutien de mes parents, j’ai pu la suivre », raconte la jeune fille qui prépare cette année son bac pro technicien·ne usinage. Une formation qu’elle suit par la voie de l’apprentissage, alternant deux semaines de cours au sein du centre de formation des apprentis de la Faculté des Métiers de l’Essonne, à Bondoufle, et deux semaines dans une entreprise.

« J’ai choisi l’apprentissage car il permet d’apprendre davantage de choses que par la voie traditionnelle et d’acquérir une expérience concrète du métier », se réjouit Pauline. Elle est la seule fille au sein de l’atelier. « Dans mon entreprise, on est heureux de voir arriver des filles et je suis même encouragée à poursuivre en BTS. »


Mareva Pignon - Diplôme d’études supérieures de gestion spécialisation marketing digital


« Une vraie vie étudiante sur le campus »

« J’ai débuté mes études au sein du programme grandes écoles d’Institut Mines-Télécom Business School en licence 3, à Évry-Courcouronnes, après un DUT gestion des entreprises et des administrations à l’université d’Évry. Je veux travailler dans le marketing digital, en particulier le parcours utilisateur (UX design) » raconte Mareva Pignon. La jeune Yvelinoise a choisi la voie de l’alternance pour cette dernière année. Elle partage donc son temps entre présence en entreprise et cours en visioconférence, crise sanitaire oblige. 

Partagé avec l’école d’ingénieurs Télécom SudParis, le campus d'IMT-BS accueille plus 65 clubs et associations qui proposent une large palette d’activités, de la cuisine à la danse ou la photo. « Il y a tout sur ce campus, on peut y vivre une vraie vie étudiante ! Pendant la crise sanitaire, le bureau des étudiants, qui gère ces activités, a aussi conduit des actions solidaires en livrant des repas ou en organisant des événements numériques. »

Elise Herardot - Doctorante en sciences et vie du vivant

« J’ai toujours été fascinée par les laboratoires de recherche »

« Fille d’agriculteurs, je m’intéresse depuis toujours aux fondements du vivant », explique Elise Herandot, doctorante à l’Université d’Évry et chercheuse au sein d’une équipe de l’I-stem (Institut des cellules souches pour le traitement et l’étude des maladies monogéniques), laboratoire de cette université implanté sur le campus de Genopole, à Évry-Courcouronnes. Originaire de Bourgogne, Elise a suivi des études en biologie jusqu’en master 2. « J’ai passé les trois-quarts de ma formation en Écosse puis en Suède, dans le cadre du programme d’échanges européen Erasmus », remarque la chercheuse.

Son sujet de thèse porte sur le remplacement d’une rétine endommagée grâce à la thérapie cellulaire. « Depuis toute petite, je veux faire de la recherche appliquée dans le domaine médical, souligne la jeune femme. Très jeune j’ai bénéficié d’une opération du cœur. Cela m’a donné envie de contribuer au domaine médical et les laboratoires de recherche m’ont toujours fascinée. »

Anthony Wancauwenberghe - DUT génie biologique option génie de l’environnement

« Un campus où l’on se sent bien »

« J’adore le domaine des sciences et vie de la terre et je suis fort en maths », raconte Anthony Waucauwenberghe. Après un bac S, le jeune homme a débuté un cursus de médecine dans une faculté parisienne. « Je me suis vite aperçu que ces études étaient trop théoriques et ne déboucheraient pas avant longtemps sur du concret. J’ai donc changé de voie et opté pour un DUT génie biologique option génie de l’environnement. En DUT, les travaux pratiques sont plus nombreux qu’en licence. »

Prévoyant, Anthony prépare son diplôme par la voie de l’alternance « pour bénéficier d’une expérience professionnelle différenciante face à un employeur »Il fait partie de la première promotion de ce nouveau cursus proposé par l’université de Sénart à Lieusaint. « C’est un campus où je me sens bien car il est à taille humaine quand je le compare à mon expérience parisienne. Beaucoup d’activités y sont proposées et il y a aussi plein de choses à faire à Lieusaint, qui est une ville jeune. Je ne connais aucun étudiant qui s’y ennuie. »


Vous aussi, trouvez la formation qui vous convient sur les campus étudiants de Grand Paris Sud !  La liste des formations du territoire, à découvrir, ici 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus